Interviews

Laurent Blanc : « nos latéraux peuvent s’améliorer »

En exclusivité pour footligue1.fr, Laurent Blanc est revenu sur la métamorphose du poste d’arrière latéral. L’entraîneur du PSG en a profité pour juger ses latéraux, qu’il souhaite voir encore progresser sur l’aspect défensif.

Laurent, quand vous étiez joueur, qu’est-ce qu’était un bon latéral ?

A mon époque, un bon latéral commençait déjà à participer au jeu. Mais avant ma génération, c’est vrai que les latéraux ne devaient pas dépasser la ligne médiane. L’évolution du football s’est faite beaucoup par les joueurs défensifs.

Depuis plusieurs années, les attentes autour de ce poste ont évolué. Aujourd’hui pour vous, qu’est-ce qu’un bon latéral ?

On s’aperçoit aujourd’hui, que les latéraux doivent beaucoup participer au jeu. Ils doivent être d’excellents défenseurs, mais aussi de très bons contre attaquants. Je dirai même qu’aujourd’hui se sont plus des contre attaquants que des défenseurs ! Mais c’est un poste qui a évolué dans le bon sens selon moi. Il faut donc avant tout qu’il soit bon défensivement mais aujourd’hui ça ne suffit plus. Il faut aussi que le latéral excelle dans les phases offensives, qu’il soit rapide, technique, notamment dans la qualité de centre pour ses attaquants. On privilégie beaucoup la qualité offensive aujourd’hui, au détriment de l’aspect défensif pour un latéral, c’est dommage…

Comment expliqueriez-vous que ce poste connaisse un changement aussi profond alors que d’autres secteurs de jeu sont peut-être plus épargnés ?

Je ne sais pas, il faudrait peut-être analyser cela plus profondément. Mais je pense qu’il y a toujours eu des joueurs ou des entraîneurs qui ont fait évoluer le jeu dans le bon sens. Si je me rappelle bien, un joueur comme Giacinto Facchetti (défenseur italien de l’Inter Milan dans les années 60-70), montait constamment et n’arrêtait pas de centrer. Il avait un physique hors norme. Des joueurs comme Amoros ou Angloma furent aussi des précurseurs au poste de latéral. Certains entraîneurs ou joueurs, ont compris que souvent les solutions pouvaient venir des côtés. Il a donc fallu faire intégrer cela aux joueurs avec le temps, mais il fallait aussi posséder des joueurs à ce poste qui avaient les qualités physiques et techniques pour apporter des solutions sur les côtés.

« Le PSG doit encore améliorer l’aspect défensif de son jeu. »

Il semblerait aussi qu’il existe un décalage entre les attentes des entraîneurs et celles du public concernant les latéraux, êtes-vous d’accord avec cela ?

Le problème c’est qu’aujourd’hui, pour qu’un latéral soit complet, il faut qu’il le soit aussi bien défensivement qu’offensivement ! C’est ça qui rend la tâche complexe. Quand les gens s’aperçoivent qu’un latéral sait bien défendre, n’est pas dominé dans le domaine défensif et qu’en plus, il est capable de délivrer des bons centres, on considère que le latéral est complet. Mais après, vous avez des latéraux qui sont incomplets car ils sont meilleurs soit défensivement, soit offensivement. Je trouve qu’un latéral reste quand même un défenseur, et que ses qualités premières doivent être défensives, et après éventuellement on peut le faire progresser offensivement.

Selon vous, est-ce que les deux latéraux doivent avoir le même profil en fonction du système de jeu utilisé ?

Il y a plusieurs options je pense. Si vous avez deux latéraux qui ont des qualités défensives et offensives, vous allez pouvoir être beaucoup plus dangereux sur les deux côtés du terrain. D’où l’importance que peuvent avoir les « faux pieds ». J’appelle les « faux pieds » les joueurs qui rentrent dans l’axe. C’est un peu le Barça qui a amené cela si ma mémoire est bonne. A Barcelone, les ailiers rentraient pour permettre au latéral de déborder. Après si vous avez un ailier sur le côté qui est sur son bon pied et qu’il déborde, le latéral n’a pas besoin de déborder.Et vous avez carrément des entraîneurs, qui décident de n’attaquer que sur un côté.

Donc le latéral côté opposé n’est pas forcément un bon contre attaquant, c’est surtout un bon défenseur. Je prends l’exemple de Chelsea. Les Blues possèdent sur leur défense à quatre, un bon contre attaquant César Azpilicueta, qui joue en plus sur son mauvais pied. Et Mourinho joue avec trois défenseurs centraux que sont Terry, Cahill et Ivanovic. Cela dépend donc de la stratégie de l’entraîneur. J’estime que si vous avez deux bons latéraux aujourd’hui, qui sont bons défensivement et offensivement, c’est un gros plus !

Au PSG, tous vos latéraux sont internationaux. Qu’attendez-vous d’eux sur une saison ?

Paris comme d’autres clubs, possède des bons latéraux avec leurs spécificités. Cette année, on peut dire que dans le domaine offensif, nos quatre latéraux sont excellents. Cela fait parti de leur qualité, mais je pense que dans leur efficacité défensive, ils peuvent tous s’améliorer. On rentre dans la moyenne. C’est un peu le paradoxe du football moderne, on est en train de fabriquer plus de contre attaquants que de bons défenseurs. Le PSG fait peut-être parti de ces clubs, donc on va s’efforcer de bien travailler défensivement pour les faire progresser dans ce domaine.

Car même si on domine nos adversaires, on l’a vu la saison dernière, on peut tomber sur une équipe en Ligue des champions qui est meilleure que nous, ou qui possède plus le ballon que nous. Et à ce moment précis, il faut défendre. Donc il ne faut pas rechigner à défendre. On doit travailler cela, nos latéraux sont jeunes. Sur les quatre, on a deux joueurs de 22 ans (Kurzawa et Aurier), un de 25 ans (Van Der Wiel) et Maxwell qui en a 34 avec une grande expérience. On doit donc encore améliorer cet aspect de notre jeu.

Retrouvez la deuxième partie de notre entretien exclusif avec Laurent Blanc, demain sur footligue1.fr.

Partager
Cédric RABLAT

Cédric RABLAT

Journaliste sportif professionnel, le football constitue pour moi une passion quotidienne. Je souhaite donc vous la faire partager à travers ce site, qui décryptera l'actualité du championnat de France et de l'Euro 2016.

Steve Mandanda, OM, Ligue 1
Article précédent

OM : l’exode va-t-il continuer ?

Laurent Blanc, PSG, Ligue 1
Article suivant

Laurent Blanc : « Digne et Kurzawa, futurs grands latéraux »

1 Comment

  1. […] conférences de presse mais le coach du PSG a fait une exception dans un entretien accordé au site FootLigue1.fr. L’ancien défenseur central s’est longuement confié sur un poste proche du sien, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>